« Le report modal entre les deux modes massifiés, fluvial et ferroviaire, n’est pas courant pour des raisons de coûts de la rupture de charge et de compétitivité élevée du transport routier de marchandises », déclare Jacques Kopff, directeur des ports de Moselle et président de l’Association française des ports intérieurs (AFPI). Par le passé, dans les ports de Moselle, il y a eu des échanges entre les deux modes massifiés pour des vracs mais cela n’a été que...
Cet article est réservé aux abonnés. Le contenu de ce site est le fruit du travail de la rédaction pour délivrer une information de qualité et exclusive. Cette mobilisation a un coût et est financée par le revenu généré par la publicité et l'abonnement. En vous abonnant, vous contribuez à cette chaîne de valeur et assurer la pérennité de notre média. Découvrez nos offres.

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous