Dans un contexte de crise de l’industrie du transport, les primes d’assurance du secteur maritime se négocient à la baisse et aucun coup dur ne semble pouvoir inverser la tendance. En 2017, les compagnies d’assurance britanniques doivent faire face aux défis du Brexit. Faut-il ou non prévoir un deuxième siège social sur le continent, et donc les capacités financières correspondantes? Certaines ont déjà répondu oui à cette question.
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous