Depuis le 23 juin, le secteur du transport maritime dispose de peu de certitudes sur les impacts du Brexit. Pour les armateurs contactés, qui n’ont pas souhaité s’exprimer pour le moment, l’heure est donc à la discrétion. D’autant que l’issue du Brexit – dont les négociations devraient durer au moins jusqu’en mars 2019 – est encore loin et que les enjeux d’un secteur en crise sont par ailleurs nombreux. Toutefois, le 8 février, l’organisation Armateurs de France a participé, avec plus...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous