Au premier trimestre, notamment en janvier et février, le trafic maritime girondin a connu un ralentissement avec des volumes de marchandises en baisse de 8 % par rapport à 2016: – 160 000 t pour un trafic total de 1,77 Mt. Port céréalier, Bordeaux est impacté fortement par des exports de vracs céréaliers moindres de 35 % (– 80 000 t), « dus aux mauvaises récoltes sur le sol français lors de l’été 2016 et à une production étrangère très concurrentielle »,...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous