Pour les marins, leurs associations d’aide comme pour les cabinets d’avocats spécialisés dans la défense des victimes de l’amiante ou toute autre problématique en lien avec la santé au travail, l’Enim tente autant que possible de minimiser la reconnaissance des maladies professionnelles. Selon le président d’une association basée à Marseille, l’Enim fait traîner les procédures et n’hésite pas à faire appel jusqu’à la Cour de cassation pour différer...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous