Une vague massive d’attaques informatiques au « rançon-giciel » (« ransomware » en anglais) a touché à partir du 27 juin des entreprises européennes et américaines après avoir frappé d’abord en Ukraine et en Russie. Le virus empêche l’utilisateur d’un ordinateur d’accéder à ses fichiers et documents et réclame le paiement d’une rançon de 300 $ à régler en monnaie virtuelle (bitcoins) pour rétablir cet accès. L’Agence...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous