Depuis début 2017, le trafic du port de Bordeaux accuse le repli de filières de poids telles que les produits raffinés, les céréales et les graines oléagineuses, qui s’est traduit par une perte de 456 000 t, soit – 11,7 %, à fin juin 2017 (3,4 Mt). La moindre consommation régionale de produits pétroliers a entraîné un déficit de 57 000 t, « soit une baisse de seulement 3 %, le port de Bordeaux ayant pu « limiter les dégâts » eu égard à la tendance baissi...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous