La frénésie des hackathons portuaires se déroule dans les communautés les plus dynamiques et les plus ouvertes. Singapour, Rotterdam ou encore Los Angeles, parmi les pionnières du genre, sont toutes enclines à vouloir se nourrir d’idées disruptives et de réflexions technologiques « hors sol ». L’ambition est bien de légitimer un portage institutionnel et d’orchestrer une dynamique collaborative autour de concepts clés comme la blockchain, l’intelligence artificielle, l’Internet des...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous