Le rapport n’est pas loin de le penser. Il note que la coopération par le biais d’alliances mondiales a souvent jeté les bases d’une fusion. « Elles ont parfois été utilisées pour vérifier si les conditions économiques étaient suffisantes pour une fusion ultérieure. Par exemple, Maersk Line a conclu une alliance stratégique avec Sealand en 1995-1998 avant de l’acquérir en 1999 ». Les alliances pourraient également servir de cheval de Troie pour des prises de participations...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous