Les alliances ont eu pour effet de « toucher » moins de ports, montre le rapport, qui établit une hiérarchie des ports perdants et gagnants. Les hubs de transbordement situés dans des zones très concurrencées, par exemple la Méditerranée sont les premiers à subir le couperet. L’accueil de navires de plus en plus grands et la multiplication des escales induisent pour les ports des investissements engageant souvent des dépenses publiques, relève l’ITF. Dans les ports à opérateurs de...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous