Elle a longtemps rechigné, à la fois à parler de « smart port », lui préférant le terme de port « intelligent », et à reprendre à son compte, sans doute par méfiance, ce concept un peu « valise » qui a fait le succès littéraire d’experts et autres penseurs de la ville intelligente. Christine Cabau-Woehrel, à la tête du directoire du Grand port maritime de Marseille-Fos (GPMM), le répétait volontiers à chacune de ses interventions: « C’...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous