Plus de 38 % des 10,45 MEVP manutentionnés à Anvers en 2017 ont emprunté le fleuve. De quoi créer de véritables engorgements sur les terminaux maritimes, se consacrant en priorité à traiter les navires maritimes. Il n’est pas rare que les bateaux attendent des heures, parfois des jours avant d’être chargés ou déchargés. Afin de remédier à ce problème, qui sévit avec des poussées récurrentes depuis des années, l’autorité portuaire flamande et les...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous