Qui dit transports terrestres massifiés dit ruptures de charge et, partant, surcoûts pour la desserte en modes massifiés des ports maritimes. En guise de compensation, les transports fluviaux et ferroviaires de conteneurs bénéficient d’une « aide à l’exploitation de services réguliers de transport combiné », généralement connue sous le nom « d’aide au coup de pince ». Toujours versée avec une année de retard par rapport aux trafics réalisés, cette...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous