En dix ans, le groupe SICA Atlantique, opérateur en logistique portuaire des productions agricoles situé sur le port de La Rochelle, a vu passer son acheminement par train de 100 000 t à 1 Mt de céréales. Le report modal représente aujourd’hui 30 à 40 % des livraisons à l’opérateur rochelais. « Le train permet d’aller chercher des céréales plus loin que le camion », souligne Simon Aimar, directeur de l’activité céréales à la SICA. Alors que le second...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous