Un Brexit, soft ou hard? Fin 2018, le suspense était toujours de rigueur et il en sera encore de même au cours des prochaines semaines jusqu’à ce que le parlement britannique, qui a repoussé en décembre l’accord négocié par Theresa May avec l’UE, se prononce. Un consensus au moins: si Brexit il y a, quelles que soient ses applications, des deux côtés de la Manche, personne n’est prêt, qu’il s’agisse des infrastructures de contrôle devenues nécessaires ou des hommes composant la...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous