« Nous avons une dizaine dossiers en cours d’instruction dans les secteurs de la logistique ou du recyclage », esquisse Pascal Freneau, secrétaire général du Grand Port maritime de Nantes-Saint-Nazaire (GPMNSN), tenu au respect de la confidentialité. Sur la zone portuaire étendue sur 2 700 ha, 1 350 sont actuellement aménagés et 1 055 classés en site naturel. Sur les 300 ha disponibles, 50 % sont viabilisés, dont 30 à 40 ha sur la zone de Cheviré, où le Port de Nantes a récemment...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous