Arles qui reçoit des demandes des chargeurs entend stimuler l’offre ferroviaire en investissant dans un terminal, au nord du port, permettant de composer des trains fret de marchandises conventionnelles (wagons-citernes ou plateaux…). L’étude de préfiguration, lancée fin 2018, sera rendue publique début 2019. Actuellement, les flux ferroviaires se résument à un trafic de ballasts expédiés depuis les carrières de Bourgogne. En 2018, 40 000 tonnes ont descendu le Rhône en barge au départ de M...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous