En 2018, le trafic global de marchandises s’affiche en léger repli par rapport à 2017 (1,378 Mt, qui était alors quasi stable). Avec 1,28 Mt, le port malouin doit toujours l’essentiel de son tonnage au cargo (919 680 t, en recul de quelque 50 000 t), notamment tiré par les importations des industriels présents localement: agrofournitures pour le groupe Roullier (nutrition animale), bois sciés en provenance des pays du Nord de l’Europe pour les sites de ISB. Près de 500 000 t de produits chimiques (ammonitrates, potasse...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous