Pour comprendre la (nouvelle) crise autour de la desserte corse et de la future délégation de service public (DSP), qui a engendré fin février deux jours de grève observés par la CGT et le STC, le syndicat nationaliste corse, il faut remonter quelques mois en arrière. Après l’échec des négociations avec Corsica Linea (ex-SNCM) portant sur une éventuelle réponse conjointe à l’appel d’offres pour exploiter la DSP de 15 mois (qui démarre en octobre), La Méridionale n’...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous