En dépit d’un premier semestre difficile, caractérisé par la faiblesse des taux de fret et une augmentation des coûts de soute (qui ont généré 9,4 Md€ de coûts), mais grâce à un second semestre de meilleure tenue en termes de volumes et d’exploitation (bunker), l’armateur allemand peut afficher un résultat net en croissance de 39 %, passant de 33 à 46 M€. Le chiffre d’affaires de Hapag-Lloyd a progressé de 10 % à 11,5 Md€, en partie tiré par l’...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous