S’ils n’avaient évidemment pas les mêmes comptes d’exploitation fin 2018, ils ont bien subi les mêmes conditions de marché. L’augmentation du pétrole a renchéri les coûts de soute (aucun n’a parlé de la couverture par les surcharges bunker). Les taux de fret et les revenus par conteneur transporté sont restés sous pression, d’une faible croissance de la demande (+ 4,8 %) et d’une offre excédentaire (+ 5,7 %). Ces effets négatifs ont été partiellement compens...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous