Depuis la généralisation du conteneur sur les principales routes maritimes de la planète, l’on chronique régulièrement la disparition du conventionnel. Ni vrac, ni conteneurs, échappant même à une définition communément admise, cet entre-deux modes, qui correspond à des marchandises voyageant « dans leur jus », en sortie d’usine ou de production, chargées dans des sacs ou cartons arrimés dans les navires, devait partir avec l’eau du bain de la conteneurisation. Autrefois h...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous