C’est la cargaison qui tue. Ces derniers jours, ONG, experts (souvent les mêmes d’ailleurs) et consorts se sont pressés sur l’autel médiatique, cédant aux micros offerts, pour commenter (souvent dans les mêmes termes d’ailleurs), le naufrage, au large des côtes françaises, du ro-ro Grande America de l’armateur italien Grimaldi, entraînant la perte de sa cargaison, composée de 2 210 véhicules et 365 conteneurs, dont 45 de matières répertoriées comme dangereuses selon la...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous