Les normes, qui sont aujourd’hui celles des services conteneurisés avec des ULCS de 15 000 à 23 000 EVP, ont évidemment un impact considérable sur les opérateurs de terminaux. Face à l’accroissement des volumes de boîtes à traiter à chaque escale, qui peut s’élever à 9 000 EVP, le secteur de la manutention est mis à rude épreuve au regard de la cadence des opérations de déchargement/chargement et de la logistique sur terminaux. La réponse résiderait dans une...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous