Poursuivant leur razzia sur le créneau du GNL, les chantiers navals coréens DSME, Hyundai Heavy Industries et Samsung Heavy Industries avaient 37, 36 et 30 méthaniers, respectivement en commande fin avril. Soit une visibilité jusqu’à fin 2021. En Corée, l’on s’inquiète d’ores et déjà d’un manque de cales sèches de taille appropriée, limitant la capacité de construction de méthaniers du pays à une cinquantaine d’unités par an. Car de grosses commandes se...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous