Il n’est pas nécessaire de gaspiller l’argent des contribuables britanniques, a réagi l’armateur belgo-luxembourgeois CLdN (Compagnie luxembourgeoise de Navigation) du groupe Cobelfret alors que le ministère britannique des transports annonçait des contrats d’une valeur de 120 M€ avec des compagnies pour s’assurer des services ro-ro complémentaires en anticipation d’une sortie du Royaume-Uni sans accord. Loin de la confusion ambiante, CLdN/Cobelfret mène une stratégie « Brexit » qui lui est...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous