Le méthanol et l’hydrogène sont incontestablement dans la communauté maritime, du moins scientifique, les stars des carburants alternatifs. Ils sont à peine développés qu’on rêve déjà du vertueux « gas-to-liquid ». Le procédé, qui consiste à transformer du gaz naturel en carburant classique dans les moteurs diesel à température et pression constante, est réputé biodégradable dans le milieu marin, inodore, et sans retrofit des moteurs (en France, des...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous