Des huiles de friture dans le moteur. Des armateurs ont pris cette option très au sérieux et se sont aventurés sur le terrain des carburants issus d’huiles usagées ou de grumes forestières. Ces biocarburants, dits de deuxième génération, présentent un bilan environnemental avantageux 80 à 90 % d’émissions de CO 2 en moins par rapport aux équivalents fossiles et élimination des émissions d’oxyde de soufre (SOx), sans nécessiter d’aménagements sur les moteurs,...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous