En dépit d’avantages considérables, de ses enjeux pour l’indépendance d’un pays (sûreté des espaces maritimes, sécurité stratégique des approvisionnements…), le registre international français (RIF) reste en deçà du seuil de flottaison. S’il a endigué l’érosion vers les registres d’immatriculation étrangers, le pavillon tricolore reste « trois à quatre fois moins élevé que dans de nombreux pays européens, vingt fois moins...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous