« Entre 2020 et 2025, le besoin de recrutement de la profession sera accru de 30 %. Nous aurons besoin de 100 personnes pour pallier le départ en retraite des pilotes nés entre 1963 et 1966, puis de nouveau, entre 2030 et 2035, quasiment autant pour pallier un second pic de la pyramide des âges, celui des pilotes nés entre 1973 et 1975 », indique Jean-Philippe Casanova, président de la Fédération française des pilotes maritimes (FFPM), opérant à la station de Marseille-Fos. Un enjeu prioritaire pour le syndicat...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous