Le gouvernement italien, ou plus exactement l’actionnaire principal en termes de poids électoral, le Mouvement 5 Étoiles (M5S), a été clair: on ne parle plus de la LGV qui doit relier Lyon à Turin avant le 27 mai. Soit le lendemain des élections européennes, un rendez-vous crucial pour l’Union européenne et les deux partis au pouvoir depuis près d’un an, le M5S et la Ligue. Cette dernière, favorable à l’infrastructure, veut mettre le pied sur l’accélérateur et boucler au...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous