À quelques mois de l’échéance, qu’ils aient opté pour le fuel à très faible teneur en soufre à 0,5 %, le gasoil marin, le vieil heavy fuel oil à 3,5 % de soufre (toujours autorisé si les cheminées sont équipées de dispositifs d’épuration des gaz d’échappement) et a fortiori pour le GNL, de nombreuses questions se posent malgré les assurances données par les fournisseurs de carburant. Beaucoup pensent que le produit ne sera pas là où ils en...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous