Avec son plus large estuaire d’Europe, sa longue remontée vers les terminaux de la métropole et ses coûts de dragage conséquents, le Grand Port maritime de Bordeaux est en quête de solutions. Le défi est environnemental (le débit d’étiage diminuant au fil des ans) et commercial (la taille des navires grandissant). L’équipement en 2020 d’une drague GNL, dotée d’un système par injection d’eau, va offrir de premières solutions mais sur le long terme, le port de Bordeaux a lanc...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous