« Les robots ne paient pas d’impôts et ne votent pas », pouvait-on lire sur les pancartes. Cela ressemble à s’y méprendre à une de ces luttes sociales « à la française » mais au pays du libéralisme le plus décomplexé, les États-Unis et qui plus est, à Los Angeles. La scène est vieille de quelques jours (au moment où nous mettons sous presse). Là, la colère des syndicats (dont l’International Longshore and Warehouse Union) se déverse sur l...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous