Les Chinois sont avertis. Les ports de Trieste et de Gênes ne deviendront pas des colonies de l’Empire du Milieu. « Personne ne peut devenir majoritaire dans les ports de Gênes et Savone, notre législation ne le permet pas », plante le président du site portuaire génois, Paolo Emilio Signorini. Des propos qui trouvent un certain écho chez Zeno D’Agostino, son homologue de la place portuaire de Trieste. Depuis la signature en mars dernier des accords entre Rome et Pékin, dans le cadre des nouvelles routes de la soie,...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous