L’automatisation des navires permettrait d’accroître la sécurité du trafic maritime, est-il avancé, partant du postulat que la plupart des accidents ont une erreur humaine pour origine. Les systèmes connectés qu’ils supposent ne sont pourtant pas sans poser des problématiques de sûreté. La piraterie informatique est une préoccupation grandissante, entend-on, mais qu’en serait-il si les navires cherchaient à s’émanciper?
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous