Imposants mais faibles. C’est par cette formule que les journalistes économiques chinois décrivent en privé les ports de leur pays. Car s’ils traitent des volumes considérables, la rentabilité de beaucoup est faible et certains souffrent d’une surcapacité. La faute à une compétition féroce entre les uns et les autres, chaque gouvernement local ayant voulu le sien et abondamment usé de subventions publiques pour attirer compagnies maritimes et chargeurs. Pékin a sifflé la fin de la partie et...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous