Au Japon, la compétition est d’abord et avant tout domestique. Elle s’annonce forte entre Tokyo, actuel leader portuaire, et son dauphin Yokohama-Kawasaki. En jeu, capter les méga porte-conteneurs qui doivent essaimer dans les années à venir, un créneau sur lequel Yokohama se positionne clairement. Déjà détenteur du seul quai du pays avec un tirant d’eau de 18 m, il doit être livré d’un second en eaux profondes et d’une capacité de 500 000 EVP d’ici fin 2020. Le port du sud du pays...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous