Cela s’agite à Sète. Avec l’arrivée de DFDS, qui a quitté Toulon pour le port héraultais, la plateforme récupère un trafic de 80 000 remorques annuelles. Soit plus du double de celui d’Ekol Logistics, qui n’opérait « que » 30 000 remorques. Si l’opérateur multimodal turc reste un client important du port héraultais, où il a en projet la construction d’un entrepôt sous douane, d’autres y font ainsi leurs premiers pas, tels Mars Logistics, VIP, CMA, Orkun...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous