Cela s’agite à Sète. Avec l’arrivée de DFDS, qui a quitté Toulon pour le port héraultais, la plateforme récupère un trafic de 80 000 remorques annuelles. Soit plus du double de celui d’Ekol Logistics, qui n’opérait « que » 30 000 remorques. Si l’opérateur multimodal turc reste un client important du port héraultais, où il a en projet la construction d’un entrepôt sous douane, d’autres y font ainsi leurs premiers pas, tels Mars Logistics, VIP, CMA, Orkun...
Cet article est réservé aux abonnés. Le contenu de ce site est le fruit du travail de la rédaction pour délivrer une information de qualité et exclusive. Cette mobilisation a un coût et est financée par le revenu généré par la publicité et l'abonnement. En vous abonnant, vous contribuez à cette chaîne de valeur et assurer la pérennité de notre média. Découvrez nos offres.

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous