Exporter en Algérie… Un défi, un exploit pour les entreprises étrangères contraintes de s’adapter aux règlementations mouvantes pour continuer à vendre dans un pays résolu à favoriser le « made in Bladi ». Dans ce domaine, les édiles algériens débordent d’imagination. En 2018, la mayonnaise et le Nutella étaient définitivement bannis au même titre que 854 produits à l’importation interdite. Un coup de massue pour les exportateurs. Les yaourts perdaient...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous