Au vu de sa situation d’endettement avancée et en dépit d’un plan d’économies de 1,2 Md€ programmé sur 2019, le 4e armement mondial et porte-drapeau du transport maritime français a besoin de liquidités. Impliqué dans un important plan d’acquisitions de nouveaux navires au GNL (21 unités de 22 000 et 15 000 EVP), le profil financier de l’armement s’est sensiblement détérioré au cours des douze derniers mois dans la foulée de l’acquisition de Ceva. La tré...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous