La présence d’un gros chantier de déconstruction en milieu urbain, la nécessité de ne pas exacerber la congestion routière avec une noria de camions et l’existence d’un service fluvial sur la Loire ont milité en faveur d’une solution (plus) respectueuse de l’environnement lorsqu’il s’est agi d’évacuer des déchets urbains générés par le chantier de déconstruction du bas-Chantenay. Six mille tonnes de déblais issus de la démolition des parkings silos...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous