Dans son dernier rapport publié en fin d’année, l’Institut de recherche économique et social Isfort passe au crible les défaillances du système portuaire italien qui remporte le titre désolant de plus mauvais élève de la zone méditerranéenne. L’analyse est accablante. Alors que le trafic de marchandises a augmenté de 42 % dans le Canal de Suez entre 2011 et 2018, les ports italiens n’ont pas capitalisé sur cette opportunité. Ils n’enregistrent qu’un faible volume de 2...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous