Après quinze ans de discussions, la Convention sur la gestion de l’eau de ballast s’applique aux navires neufs et anciens depuis le 8 septembre 2019. Tous doivent être équipés d’un système de traitement de façon à éviter la prolifération d’espèces aquatiques potentiellement invasives, tels planctons, larves, microalgues ou bactéries, embarqués à leur insu lors des ballasts. La mise en conformité de l’ensemble de la flotte s’étalera jusqu’en 2024. En...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous