Depuis des décennies, les terminaux rouliers localisés au cœur des métropoles comme Dakar, Conakry, Abidjan ou encore Cotonou constituent les points d’entrée de véhicules usagés, essentiellement européens, pour répondre à la demande de consommateurs pas assez fortunés pour en acquérir des neufs. Un pan entier de l’économie formelle et informelle ouest-africaine se structure autour de ces centaines de milliers de véhicules qui doivent être manutentionnés, parqués, r...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous