Tenir une funeste comptabilité sur le nombre de décès finit par ne plus avoir de sens tant le bilan s’alourdit d’heure en heure. Au-delà, l’ampleur du phénomène tend un miroir déformant à l’économie mondiale: l’impossibilité de mettre en quarantaine un géant qui a pris une telle influence en deux décennies (16 % du PIB mondiale) qu’il est en mesure de placer sous cloche la production mondiale. Les mesures prises par Pékin pour limiter la propagation – retarder...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous