En cinquante ans, le pavillon français est passé de la 4e à la 30e place des flottes mondiales. En réaction, la France a créé un second registre. Quinze ans après sa création, seuls 86 navires de transport, 169 navires de travaux et services maritimes et 74 yachts de plaisance professionnelle sont armés sous le registre international français. Une maigre pêche.
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous