« Le canal doit faire l’objet d’opérations lourdes de dragage pour retirer les sédiments accumulés , explique Arnaud Rieutort, le DG du port de Sète. Nous sommes limités en capacité d’emport. Nous pouvons charger des péniches de 1 000 t, alors qu’il faudrait 1 900 t pour être compétitifs. » Problème: la facture s’élèverait à environ 100 M€, alors que le trafic * , déjà faible en volume (220 000 t), est en baisse d’environ 40 % entre 2018...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous