Depuis un an, Catherine Rivoallon, la préfiguratrice de la fusion des trois ports Haropa en un ensemble intégré, a un agenda particulièrement chargé. Elle l’a encore assuré récemment. Les mouvements sociaux dans les ports durant les mois de décembre et janvier ont sans doute ralenti son process mais n’ont entamé en rien sa volonté d’aboutir. Le calendrier sera respecté. La fin de sa mission reste fixée au 31 décembre de cette année. « Je suis toujours dans le timing. Je...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous