Le géant des hydrocarbures anglo-néerlandais a particulièrement souffert en fin d’année avec un bénéfice net qui s’est effondré au 4 e trimestre. Shell est, avec Total, l’un des pétroliers qui ont le plus investi dans le gaz naturel. Or le prix du gaz a encore dévissé de plus de 10 % cette année. Point de salut du côté de son ex-meilleure alliée, l’énergie fossile, sous pression du fait de la surabondance de l’offre dopée par le schiste américain...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous